lundi 19 septembre 2016

Présidentielle 2017 : le FN se dit prêt à parrainer Jean-Luc Mélenchon


Le numéro 2 du parti, Louis Aliot, a fait cette confidence à certains journalistes en marge des «Estivales» de Fréjus. Il s'est immédiatement vu adresser une fin de non-recevoir de la part d'Alexis Corbière.
 
Cela a tout du baiser du diable. Après que Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon se sont tous deux heurtés en 2012 à la difficile quête des 500 parrainages d'élus indispensables à toute candidature présidentielle, les deux meilleurs ennemis pourraient finalement s'entraider aujourd'hui. En effet, alors que le FN n'a eu de cesse d'accroître son maillage territorial à mesure des élections locales (municipales et régionales notamment), sa candidate est en très bonne voie pour recueillir les signatures nécessaires.

A contrario du chantre de la «France insoumise» qui ne cache pas ses difficultés à créer une dynamique et engranger des soutiens. À tel point que le vice-président du parti d'extrême droite, Louis Aliot, n'a pas exclu d'apporter de l'aide au cofondateur du Front de gauche. «Oui, sans problème. Si nous avons nous-mêmes assez de signatures, nous parrainerons Jean-Luc Mélenchon s'il en a besoin», a-t-il confié dimanche à certains journalistes, en marge des «Estivales» de Fréjus.

«Mélenchon représente vraiment quelque chose dans ce pays»

 

Contacté par Le Scan, Louis Aliot a ajouté: «Nous nous sommes battus pour dire que la signature des maires n'était pas un soutien politique mais un moyen de permettre aux grands courants de se présenter à une élection présidentielle. Cette élection doit découpler les signatures des appareils. Nous ne voulons pas que s'applique aujourd'hui à d'autres, ce qui nous a été appliqué pendant des décennies: le chantage aux signatures», a-t-il martelé, jugeant que «si le PS fait pression pour que Mélenchon n'ait pas ses signatures, c'est que ce parti n'est pas démocratique». Et d'ajouter: «D'ailleurs, je pense qu'il ne l'est pas.»

«On ne peut pas le saquer, il ne peut pas nous saquer, mais ce serait invraisemblable qu'il ne soit pas à l'élection. Cela démontre les mailles trop serrées du système. Mélenchon, il représente vraiment quelque chose dans ce pays», abonde par ailleurs un parlementaire, sous couvert d'anonymat, auprès du Parisien. «Il est inconcevable qu'un homme comme lui, qui a quand même fait presque 12% en 2012, ne puisse pas se présenter faute de parrainages», ajoute un cadre auprès de France Culture.

«Comme toujours, le FN promet des choses qu'il n'a pas»

 

Pourtant, la fin de non-recevoir a été quasi-immédiate du côté du candidat issu de la gauche radicale. «Ce bobard permet à la fois de reprendre pour la énième fois la thèse de la “porosité” de nos électorats alors que la preuve du contraire a été donnée cent fois», lance-t-il ce lundi sur sa page Facebook. «Et ça vous fait une louche de plus pour servir la soupe de la dédiabolisation du FN», ajoute-t-il, évoquant à propos des journalistes qui lui ont téléphoné sur ce sujet «une grappe de mouches vrombissantes plus caricaturales que nature», soucieux d'abord de créer «le BEEEEUUUZZ». 

 Au Scan, son porte-parole se livre par ailleurs à une analyse plus pragmatique et mathématique: «De plus, comme toujours, le FN promet des choses qu'il n'a pas, puisqu'en réalité (le parti) ne dispose pas tout seul de 500 signatures pour pouvoir se présenter: il ne dispose que de 358 conseilleurs régionaux, 62 conseillers départementaux, 28 parlementaires et 11 maires soit un total de 459 élus FN. Il lui faudra donc lui aussi aller chercher ailleurs des soutiens pour être officiellement candidat», conclut-il.

Le Figaro 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire