lundi 19 septembre 2016

Primaire à droite : le premier débat portera sur l'économie et l'identité

Les représentants des huit candidats se sont entretenus pendant près de deux heures ce lundi matin du 19 septembre au siège de TF1 pour organiser l'émission du 13 octobre
 
Quelle place sur le plateau? Qui s'exprimera en premier? Qui clôturera le débat? Ces questions stratégiques autour de l'organisation du débat télévisé entre les huit candidats à la primaire de la droite ont été tranchées lundi matin, au siège de TF1, coorganisateur avec RTL et Le Figaro. Cette émission diffusée en prime time le jeudi 13 octobre sur TF1, RTL, Public Sénat et LCI durera deux heures et portera sur les thèmes de l'identité et de l'économie. «Cela a été proposé par la direction du TF1 et approuvé par l'ensemble des intéressés», raconte au Figaro un candidat.
Autour de la table: Gérald Darmanin et Véronique Waché pour Nicolas Sarkozy, Gilles Boyer pour Alain Juppé, Myriam Lévy pour François Fillon, Dimitri Lucas pour Bruno Le Maire, Grégoire de Lasteyrie pour Nathalie Kosciusko-Morizet, Michèle Tabarot pour Jean-François Copé, Matthieu Labbé pour Hervé Mariton et Caroline Wallet pour Jean-Frédéric Poisson. «Il y avait une bonne ambiance», sourit l'un d'eux. Le plateau sera organisé «en fer à cheval». Les trois présentateurs feront face aux candidats. Dans la salle, un public de 130 personnes sera placé. Chaque candidat pourra faire venir environ dix soutiens. 

Pas de GoPro dans les voitures des candidats

 

Pendant ces deux heures de réunion, quatre tirages au sort ont été effectués. «C'est Thierry Solère, une main innocente, qui s'y est collé», ironise-t-on, insinuant que le président du comité d'organisation de la primaire est un soutien affiché de Bruno Le Maire. C'est Jean-François Copé qui s'exprimera en premier, et Alain Juppé qui aura le tout dernier mot. Sur le placement des candidats, Nicolas Sarkozy sera au centre entre Nathalie Kosciusko-Morizet et Hervé Mariton. Bruno Le Maire et François Fillon seront situés aux deux extrémités. Dans la bande-annonce qui sera diffusée pendant dix jours avant le débat, c'est Hervé Mariton qui apparaîtra en premier. Les concurrents disposeront d'une minute pour répondre aux questions. Ils seront interrompus par un signal lumineux, préféré au gong. Ils auront également la possibilité de s'interpeller entre eux. Le hashtag, #PrimaireDébat, a aussi été choisi par les protagonistes. 

À la fin de l'émission, les soutiens ou porte-parole des candidats répondront à des questions posées par des internautes via le réseau social Facebook. TF1 souhaitait que les candidats eux-mêmes répondent aux questions, ce à quoi se sont opposés l'ensemble des représentants. Une autre proposition de la chaîne a également été écartée: l'installation d'une GoPro dans les voitures des candidats afin de retransmettre leur arrivée dans les studios de la Plaine Saint-Denis en direct.

«Les représentants de Nicolas Sarkozy et d'Alain Juppé étaient les plus prolixes», soulève un participant. «L'équipe de Nicolas Sarkozy a insisté pour que les plus hautes fonctions exercées par les candidats soient bien mises en avant. TF1 voulait annoncer l'âge de chaque candidat et Gilles Boyer, directeur de campagne d'Alain Juppé, a tiqué.» Une nouvelle réunion doit se tenir le 30 septembre. 

 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire