dimanche 23 octobre 2016

Lyon-Guingamp: Cette fois, l'OL s'enfonce profondément dans la crise

FOOTBALL Menant au score (1-0) au terme d'une première mi-temps convenable, Lyon a vécu un cauchemar après la pause, ce samedi face à Guingamp (1-3). Le mal est vraiment profond...


Jean-Michel Aulas et Bruno Genesio ont eu beau tout faire pour étouffer la crise qui pointait à Lyon depuis de longues semaines, celle-ci a totalement éclaté, ce samedi face à Guingamp (1-3). Avec cinq défaites lors des six derniers matchs officiels, comment tenter de la nier, cette fois ? 


Alexandre Lacazette répond présent. Très critiqué pour sa prestation face à la Juve mardi, et surtout son penalty manqué, Alexandre Lacazette a tenu à vite montrer son meilleur visage ce samedi. Il a d’abord offert un ballon en or à Sergi Darder qui butait sur Johnsson (3e). Disponible et inspiré, il a donné du rythme en attaque à une équipe qui en manquait tant, malgré le retour au 4-3-3 ayant si bien fonctionné durant la deuxième partie de saison passée.
L’attaquant international a surtout eu le mérite d’inscrire sans trembler un penalty (1-0, 37e). Il ne lui manque plus qu’une réalisation pour atteindre la barre symbolique des 100 buts de Juninho sous le maillot lyonnais. A ce moment-là de la rencontre, tout roulait plutôt pour l’OL et son buteur, à l’image de sa longue accolade pleine de symbole avec Bruno Genesio. Même dans la tempête qui a suivi, Lacazette s’est bougé en provoquant un penalty évident… mais non sifflé pour une faute d’Ikoko (60e).
Une défense à la dérive. Face aux problèmes défensifs récurrents de son équipe, Bruno Genesio a fait un choix fort vendredi en écartant du groupe Jérémy Morel et Mapou Yanga-Mbiwa, quasiment des titulaires indiscutables depuis sa prise de fonction en janvier. La première mi-temps aurait pu lui donner raison, au vu des faibles intentions bretonnes.

Mais tout a changé de manière assez dingue à la reprise. Lyon a subi la foudre derrière et il n’y a quasiment pas eu de jaloux concernant les responsabilités. Tour à tour Tolisso, le jeune Diakhaby, Nkoulou et Rafael ont fait preuve d’une incroyable passivité sur l’égalisation de Salibur (46e) puis sur le doublé de Coco (52e, 77e). A la dérive sur le plan défensif, l’OL n’a jamais été capable de réagir. De retour sur les terrains à la 67e minute, Mathieu Valbuena est pour sa part sorti sur blessure sept minutes plus tard.


Les supporters lâchent leur équipe. Les seuls applaudissements ce samedi en fin de partie ont été adressés au Guingampais Jimmy Briand, devenu culte depuis un succès dans le derby en 2013. Pour le reste, le Parc OL a sifflé son équipe, sans réaction face au raz de marée de la deuxième période. Le virage nord s’est manifesté avec « une grecque », tandis qu’une grande partie du virage sud a quitté le stade avant le coup de sifflet final.

Cet OL-Guingamp (1-3) avait vraiment des allures du dernier match de Ligue 1 des Lyonnais à Gerland contre Angers (0-2), le 5 décembre 2015. Moins de trois semaines plus tard, Hubert Fournier était limogé…

Jérémy Laugier

20minutes 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire